Contribution d’Arthur

Home / Contributions / Contribution d’Arthur

Contribution d’Arthur Moinet, lycéen de 16 ans à Nantes, élu au Conseil Académique à la Vie Lycéenne de l’académie de Nantes.

 

A/ Pour un parlement des jeunes 

Pour une réelle participation, une véritable prise en compte des idées de la jeunesse !

Notre jeunesse va mal : un taux de chômage exponentiel, un système scolaire à la traîne, un regard négatif de la part de la société, un taux d’abstention aux élections surdimensionné… Les constats sont nombreux.

Ces problèmes, exemples parmi d’autres, sont régulièrement évoqués par les médias, les politiques, là n’est pas le problème ! Le problème est que ces problèmes ne trouvent pas de solutions, que les choses ne s’améliorent point au fil des ans.

Pourquoi ? Les causes sont nombreuses et diverses. Mais en tout état de cause, peut-être est-ce parce que les principaux concernés n’ont jamais eu l’occasion d’exposer leurs propres propositions, leurs propres ressentis, leurs propres idées aux décideurs. A un niveau national en tout cas.

Aujourd’hui, la plupart des lois concernent notre futur, c’est à dire les jeunes d’aujourd’hui. Pourtant on ne leur demande jamais ce qu’ils en pensent, sur ce que leur inspirent ces sujets qui les concernent en premier lieu.

Les jeunes ne sont pas attirés par la politique, ils pensent que cela ne les concerne pas. Tout le contraire ! Sûrement parce qu’on ne leur demande jamais leur avis !

Certains pays ont déjà mis en place ce parlement des jeunes (Royaume-Uni notamment) au niveau national. Disposant d’une réelle reconnaissance, ces assemblées apportent aux politiques leur avis, leur regard neuf, leurs propositions.

C’est pour cela qu’il m’apparaît aujourd’hui nécessaire de créer, en plus des structures d’expression locales (CMJ, CRJ) une instance nationale, qui représentera la parole des jeunes français.

A travers ça, les jeunes se sentiront plus écoutés et s’empareront de leur citoyenneté en votant pour élire leur représentant ! 

 

  B/ Le Principe

                   1/ 577 jeunes députés

577 représentants, âgés de 16 à 25 ans le jour de l’élection, élus dans les mêmes circonscriptions électorales que les vrais députés.

                   2/ L’élection

  •  Élection en ligne : Par souci d’économie, mais aussi parce que les jeunes s’y retrouvent, l’élection aura lieu par voie électronique. La campagne se déroulera en ligne (professions de foi, forums, espaces virtuels de débat, réseaux sociaux…). Toutefois par souci d’équité, il sera toujours possible de se procurer les professions de foi et de voter en mairie pour ceux ne disposant pas d’accès Internet.
  • Élection transparente et sécurisée : La campagne en ligne sera gérée et modérée par les pouvoirs publics sur des serveurs sécurisés. Les mairies enverront à chaque jeune ayant entre 16 et 25 ans et s’étant fait recenser, un code unique et personnel leur permettant de voter.
  • Élection indépendante : Ne seront pas acceptés à candidater les jeunes s’étant déjà présenté à une « vraie élection ». La référence explicite à un parti politique dans les professions de foi sera évidemment interdite.

                   3/ Le déroulement

  • Consultatif : Ce parlement des jeunes aura un rôle consultatif. Il donnera son avis, débattra, rédigera des motions, proposera des idées sur le débat politique et notamment sur les projets de loi débattus au Sénat et à l’Assemblée nationale. Dans cette optique, on pourrait imaginer les jeunes députés proposer aux “vrais députés” des amendements par exemple.
  • Régulier : Les sessions pourraient se tenir une fois toutes les 5 semaines sur une journée entière. Les jeunes pourraient se réunir en commission le matin et en séance plénière l’après-midi. Bien sûr le jeune élu pourra se faire suppléer chaque fois que nécessaire par son suppléant.
  • Démocratique : Le parlement des jeunes, qui serait présidé par le président de l’Assemblée nationale, déterminera lui même son ordre du jour. Ainsi, on pourrait imaginer que six vices-présidents soient élus tous les six mois et forment, avec le président de l’Assemblée nationale, le bureau du parlement des jeunes, chargé d’organiser les travaux de ce dernier.
Contact Us

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.