L’équipe

Home / L’équipe
Gaël Troussier, étudiant en Préparation aux Instituts d’Etudes Politiques à Lille 3.

Je suis arrivé dans le projet de Parlement des Jeunes au moins de septembre dernier, par pur hasard. C’est, en effet, en discutant avec Eliott, que je connaissais à peine alors et seulement parce que je le suivais sur Twitter, que celui-ci m’a proposé de rejoindre le groupe. Après un moment de réflexion, j’ai décidé de me lancer dans ce qui est, à mon avis, un formidable projet pour notre jeunesse. En effet, si je soutiens ce projet, c’est parce qu’il est nécessaire à un renouveau de la politique, un renouveau qui viendrait de la force vive de notre pays, la jeunesse. Au sein du projet, comme chacun, je travaille sur tous les postes où le besoin s’en fait sentir même si je me sens plus à l’aise à la communication ou à l’écriture de textes. Pour me définir en quelques mots je dirais : perfectionniste et attentif.

Mathilde Marchand, 19 ans, étudiante en Lettres et Sciences Politiques à l’Université de Poitiers.

Passionnée par la vie politique dans son sens littéral, c’est-à-dire la vie ensemble, le partage, l’organisation qui sont nécessaires à toute société humaine, j’ai longuement réfléchi à une manière de dynamiser la politique française et de redonner une place aux jeunes en son sein. Un Parlement des Jeunes, comme il en existe dans de nombreux pays, me paraissait un moyen pertinent de démocratiser le débat et de laisser enfin les jeunes générations s’exprimer, sur leurs angoisses et leurs mécontentements certes, mais aussi sur leurs projets florissants, leurs rêves aux allures d’utopies pourtant hautement réalisables, et leurs propositions concrètes pour changer les choses, frappantes de pertinence et d’originalité. Laisser les jeunes s’exprimer, c’est ouvrir la porte à la nouveauté dont notre vie démocratique à bout de souffle manque cruellement. C’est ainsi que je me suis lancée dans le projet du Parlement des Jeunes, plus que jamais déterminée à offrir aux jeunes français un nouveau support de débat et d’action !

Benjamin Alford, étudiant à Sciences Po Rennes

L’idée d’un Parlement des Jeunes en 2009 me trottait dans la tête lorsque j’ai vu la première réunion du Parlement des Jeunes Britanniques (UKYP) passer sur la BBC. Après ça, j’ai pu rejoindre un forum en ligne où il y a eu de multiples débats avec des jeunes britanniques et des élus jeunes sur une grande variété de thèmes. Par la suite j’ai revendiqué la création d’un Parlement des Jeunes lors de mon mandat d’élu lycéen mais cela n’a commencé à se concrétiser que cette année grâce aux initiatives de nombreux jeunes à travers la France. Ce projet est une occasion inédite de donner une voix démocratique à la jeunesse française et je tiens à m’impliquer complètement pour assurer que cette instance sera réellement démocratique et va vraiment servir la jeunesse. Si nous faisons les bons choix et si la jeunesse adhère à ce projet, nous allons avoir l’occasion de vraiment changer les choses et la politique pour le mieux. Il faut que l’on saisisse cette occasion !

Arthur Moinet, lycéen à Nantes, élu au Conseil Académique à la Vie Lycéenne de Nantes.

 J’ai toujours été attiré par l’engagement dans toutes ses formes. J’ai tout d’abord concrétisé cet intérêt en me faisant élire au Conseil des jeunes de ma commune puis ensuite au conseil régional des jeunes des Pays de la Loire. Arrivé au lycée, je suis immédiatement attiré par les instances de la vie lycéenne. Je me fais donc rapidement élire au Conseil de la vie lycéenne (CVL) et au conseil d’administration. Je suis ensuite élu au Conseil académique de la vie lycéenne (CAVL) de l’académie de Nantes, toujours en classe de seconde. J’y porte les préoccupations des lycéens et tâche d’apporter des idées et de débattre pour améliorer notre système éducatif. En m’engageant dans l’équipe du Parlement des jeunes, je souhaite porte haut les principes de démocratie participative et d’écoute de la jeunesse !

Eliott Nouaille, lycéen en banlieue parisienne, élu au Conseil Académique à la Vie Lycéenne de Versailles.

Depuis mon plus jeune âge, j’ai apprécié défendre mes camarades, porter leur revendication, exprimer leur opinion, m’assurer que toutes les voix étaient entendues, écoutées, prises en compte. Malheureusement, je me suis vite rendu à l’évidence : les moyens qui nous sont accordés en terme d’expression ne sont qu’illusoires, superficiels et trompeurs. La rue, à tort, pour la jeunesse semble quelques fois être le seul endroit pour manifester ses pensées et témoigner de ses volontés. C’est pour cette raison que j’ai désiré m’investir dans un projet qui offre la possibilité aux jeunes générations d’être force de proposition, en pouvant enfin décider de leur présent et de leur avenir, et ce à l’aide du Parlement des Jeunes.

Marc-David, lycéen  parisien de 16 ans, ancien président de la junior-association “Assemblée Nationale des Jeunes”

Je suis rentré dans le projet du PDJ suite à la fusion entre ce projet et l’ANJ, junior-association dont je m’occupais. Je suis passionné par la politique et pourtant, je suis conscient que son image auprès des jeunes est déplorable. Pour remédier à ce problème de représentativité de la jeunesse et de confiance en la politique, pour changer durablement le quotidien et l’avenir de toute une génération, je m’engage dans ce magnifique projet avec détermination et courage. Je veux permettre à cette jeunesse isolée, exclue du débat public et des décisions politiques de s’exprimer, discuter, échanger, donner son point de vue sur des domaines qui la concerne directement. La France est en devoir de donner à la jeunesse un rôle et de lui offrir le moyen de transmettre sa propre vision des choses car elle représente l’avenir de notre pays. Je n’ai qu’un seul objectif: l’intérêt général et celui de la jeunesse, pour que celle-ci prenne son destin en mains. Je suis sûr que nous réussirons et que nous aboutirons à quelque chose de positif.

Léo Lefrançois, lycéen en Basse Normandie

Je suis un passionné de politique et de débat, et ai toujours eu à cœur de défendre mes opinions pour donner une voix à la majorité silencieuse. Quand j’ai entendu parler du projet du Parlement des Jeunes par le biais de Hugo Travers, j’étais heureux de me sentir moins seul dans mon combat. Depuis longtemps j’avais cette petite idée en tête, qui grandissait, je me rendais à l’évidence, la jeunesse n’était pas écoutée, il fallait changer cela. J’ai beau faire partie du CVL de mon lycée, j’ai beau adhérer à un syndicat lycéen, je ne me sens pas écouté. Pourtant nous ne sommes pas qu’une simple masse étudiante irréfléchie et déraisonnable, nous sommes pleins d’idées, et nous voulons, plus que quiconque, bâtir le monde de demain. Et c’est pour cela qu’il est temps de se tourner vers les nouvelles générations.

Hugo Travers, lycéen en banlieue parisienne, organisateur de la Marche des Républicains

J’ai toujours apprécié participer aux différents projets associatifs et politiques. Toujours convaincu que la jeunesse doit avoir sa place dans le débat public, c’est avec grand plaisir que j’ai rejoint l’équipe en décembre dernier pour faire de ce projet une réalité. Le principe du fonctionnement interne, visant à un maximum de transparence et de démocratie m’a particulièrement plu, étant donné que tous les jeunes sont en droit de contribuer et être au courant de l’avancée de ce beau projet. De mon côté, j’entends aider notamment pour la communication mais aussi l’élaboration du fond avec l’ensemble de l’équipe.

Contact Us

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.