Le projet

Home / Le projet

Présentation du projet Parlement des Jeunes (PDJ).

Ce document est la synthèse des travaux de tous les contributeurs du projet du Parlement des Jeunes (PDJ). Notons que le projet est toujours en construction et qu’avoir des points de vues différent permet de l’enrichir. Vous pouvez d’ailleurs retrouver les avis divergents dans la partie du site « Contributions » puisque si le cœur du projet est le même pour tous, le corps du projet doit encore être  débattu. Vous pouvez, vous aussi, apporter votre pierre à l’édifice en participant aux débats et en donnant votre conception du Parlement des Jeunes, dans les onglets  correspondants.

Ce projet qui se veut plein de vie et d’ambition, vient de naître et, nous l’espérons, ne cessera d’évoluer et de prendre de l’ampleur. Son principe est simple : la jeunesse a une voix, donnons-lui le moyen de s’exprimer dans un cadre démocratique afin de la défendre, donnons-lui le moyen de retrouver le goût de la politique et du vivre-ensemble, donnons-lui enfin le moyen d’innover pour trouver des solutions aux problèmes qui concernent les jeunes et la France, afin d’en finir avec les stéréotypes obsolètes sur une jeunesse prétendument désenchantée et désengagée. Le Parlement des Jeunes serait non seulement une nouvelle manière de faire de la politique, mais surtout de repenser la politique et l’espace démocratique.

Ce projet n’en est toujours qu’à ses balbutiements en France, pourtant, de tels projets existent déjà à travers l’Europe. La Suisse a un Parlement des Jeunes, le Parlement Européen des Jeunes (PEJ) existe aussi, ainsi que le Parlement des Enfants dans notre pays. Ce sont des projets encourageants aux aspects positifs, mais en réalité trop peu exploités. Nous pensons pouvoir faire beaucoup mieux puisque ces derniers ne s’inscrivent que dans un cadre scolaire ou limité et par conséquent discriminatoire pour une grande partie de la jeunesse.

Notre projet prend sa source au Royaume-Uni où deux grands Parlements des Jeunes existent, le United Kingdom Youth Parliament (UKYP ou Parlement des Jeunes Britanniques) ainsi que le Scottish Youth Parliament (SYP ou Parlement des Jeunes Ecossais).

Ce sont des projets novateurs, démocratiques, qui visent à faire de la politique différemment, et qui constituent une force de proposition et de dialogue au niveau à la fois national et au niveau local, s’appuyant sur des liens avec les élus locaux et les députés. Ils touchent la jeunesse au sens large : des jeunes de 11 à 18 ans au UKYP et de 14 à 25 ans au SYP.

Ce sont certes des modèles et des exemples, mais nous ne voulons pas les développer tels quels en France. Il faut en effet les adapter à notre pays, à son système et à sa culture politique, en y apportant donc des modifications tout en améliorant les faiblesses et en valorisant leurs atouts.

La République Française a longtemps été novatrice en matière de politique et de Droits et de l’Homme et dispose de ce fait d’une longue tradition démocratique. Aujourd’hui, il est temps d’ouvrir cette vie démocratique à la jeunesse en lui offrant sa propre instance de débat et sa propre sphère politique afin qu’elle puisse exprimer et développer sa vision de l’avenir, sa volonté de construire la société de demain, affiner ses opinions et innover pour réinventer un avenir, notre avenir.

Ce projet ne s’inscrit pas dans la tradition obsolète du « choc des générations » et par conséquent ne se réclame pas du clivage entre « jeunes » et « vieux » mais cherche à évoluer concurremment avec le Parlement Français, et sera donc complémentaire de ce dernier. Dans la mesure où l’avenir de la France sera celui de la jeunesse française, cette dernière a non seulement le droit de s’exprimer, mais se doit de le faire. La jeunesse française, bien loin des qualificatifs péjoratifs qu’on lui attribue trop facilement, regorge d’idées et de projets, de solutions concrètes et de théories pertinentes, et doit avoir son mot à dire. Aujourd’hui, seulement une élue âgée de moins de 30 ans siège au Parlement, et de ce fait nous ne nous estimons ni écoutés, ni entendus.

Le Parlement des Jeunes répond à cette faille démocratique française et cherche à pallier cette lacune. En redonnant le goût de la politique à la jeunesse, en lui montrant qu’à travers le débat démocratique et la politique nous pouvons agir, le Parlement des Jeunes cherche à renforcer la citoyenneté. En existant pour les jeunes, il montre que la politique n’est pas un simplement un « truc d’adultes », voire même quelque chose d’inutile pour certains. Le Parlement des Jeunes est l’instrument de la re-politisation des jeunes et du réinvestissement de cette jeunesse pleine d’avenir et de promesses au sein de la sphère publique.

Le Parlement des Jeunes en somme, n’est autre que l’aboutissement de la démocratie, de l’innovation qui fait toute la qualité de la vie politique française, et de la coopération pour lutter contre la fracture générationnelle. Le Parlement des Jeunes, c’est l’outil qui permettra de libérer la voix de la jeunesse et d’insuffler un regain démocratique dans une République fragilisée. La chose publique est l’affaire de tous, et nous tenons à démontrer que si on donne à la jeunesse les outils pour y prendre part, elle le fera.

Les contributeurs au projet du Parlement des Jeunes

Les principaux enjeux du Parlement des Jeunes.

 

Vous retrouverez ci-dessous les principales interrogations soulevées par la création d’un Parlement des Jeunes, avec quelques pistes de réflexion, vous invitant à participer aux débats en cliquant ici. Vous pouvez découvrir en détails les contributions rédigées par des jeunes issus des 4 coins de la France et développer votre vision de l’institution en cliquant là.

 

Comment choisir les représentants des jeunes?
Lorsque l’on envisage la création d’un Parlement des Jeunes, l’une des premières questions qui se pose est la suivante : comment choisirons-nous nos représentants ? Dans une perspective de renouveau politique et dans la mesure où le Parlement des Jeunes se veut insuffler un élan démocratique au sein de la sphère publique française, reprendre les méthodes actuelles d’élection de l’Assemblée Nationale pourrait sembler inopportun. Ainsi, la variété des contributions que nous avons pu récolter jusqu’à présent quant à la construction de ce Parlement des Jeunes est représentative de la diversité des visions que les jeunes s’en font. Certains proposent un vote au suffrage universel direct, où chaque jeune citoyen peut se présenter, et où tous les jeunes français peuvent voter pour le représentant de leur choix. Le statut, le mandat, ainsi que l’âge de ces futurs « députés-jeunes » seront également à débattre. En outre, des propositions alternatives ont émergé lors de nos discussions, par exemple celle de la clérocratie, qui consiste en un tirage au sort des représentants-jeunes, et permet l’instauration d’une démocratie tournante, porteuse, comme tous les systèmes politiques, de son lot d’éléments positifs et négatifs. → Pour débattre sur "Comment choisir les représentants des jeunes" cliquer ici.
Quel âge pour les représentants jeunes?
Penser une assemblée qui réfléchira, et peut-être actera, pour l'avenir de la jeunesse nécessite de réfléchir à la composition de cette assemblée. Qui pourra, légitimement, représenter la jeunesse et parler en son nom ? Qui pourra, au nom de ses pairs, discuter et être une force de proposition pour la jeunesse ? Et ainsi, sur quelle fourchette d'âge doit se baser le Parlement des Jeunes ? Cette question, parmi la plus complexe à traiter a été celle qui a crée le plus de débat parmi le groupe de réflexion mené depuis quelques mois. Plusieurs propositions sont tout de même ressorties de ces discussions avec un âge d'éligibilité allant de 11 à 25 ans pour la fourchette la plus élargie, à un âge allant de 14 à 18 ans pour la plus réduite, en passant par une fourchette de 16 à 25 ans, ou 14 à 20 ans, … Rien que par le nombre de ces propositions, on voit à quel point la question reste n'est pas tranchée et reste à être débattue. Pour débattre sur "Quel âge pour les représentants jeunes" cliquer ici.
Quelle fréquence pour les réunions?
Cette question peut être perçue comme un déétail secondaire, mais néanmoins crucial dans la conceptions que l'on a du projet. La première interrogation qui vient à l'esprit est l'endroit où se réuniront les jeunes élus. Nous pensons bien entendu à l'hémicycle de l'Assemblée nationale, mais au delà il est nécessaire de disposer d'autres lieux pour les rencontres régionales ou informelles.     D'une autre part, la question des fréquences des réunions est primordiale. Comme nous le savons, l'emploi du temps d'un jeune est complexe du fait des cours évidemment mais aussi de toutes les activités envisageables.   De nombreuses formules ont émergées des différentes consultations. Toutefois une répartition réunion plénières-réunions de commission semble émarger de l'ensemble des productions de chacun.   L'idée serait le plus souvent de réunir l'assemblée plénière quelques fois par an, moment où il serait question de débattre des sujets traités en commission, souvent une fois par mois. Ainsi, certains proposent de réunir l'assemblée plénière une ou deux fois par trimestre, d'autres une fois toutes les 5 semaines, certains de les réunir lors d’événements spéciaux. Au final, malgré ces fréquences variables, le principe de travail régulier en commission régionales accompagné de réunions plénières plus exceptionnelles semble faire l'unanimité. Réunir les commissions en région permettrait de toucher un nombre plus sensible de jeunes, trouver des lieux (Conseils régionaux, généraux, mairie...) pour réunir ces commissions ne sera pas une tâche ardue dès lors que le projet aura été approuvé par les autorités. Pour débattre sur "Quelle fréquence pour les réunions", cliquer ici.
De quels pouvoirs disposerait le Parlement des Jeunes?
Dans le cas du Parlement des Jeunes, deux choix majeurs s'offrent à nous quant au type d'assemblée que sera le Parlement des Jeunes. En effet, si l'on fait le bilan des différents débats que nous avons pu avoir, l'assemblée peut être soit simplement consultative, soit devenir une force décisionnelle capable de prendre des décisions qui concernent la jeunesse. Dans l'optique de défense de la jeunesse et parce que le Parlement des Jeunes se devrait d'être un moyen pour la jeunesse de donner écho par les actes à ses idées, nous pensons que la deuxième option est la meilleure. Néanmoins, afin de favoriser des choix démocratiques et parce que la multiplication des idées ne peut qu'être positive au projet, nous vous laissons libres de vous exprimez à ce sujet. Le Parlement des Jeunes doit-il être une assemblée consultative, décisionnelle, décisionnelle mais sous conditions ? → Pour débattre sur "Quels pouvoirs disposerait le Parlement des Jeunes", cliquer ici.
Quelle durée de mandature pour les représentants?
Comme pour toute assemblée démocratique composée de représentants, il est nécessaire de penser à la durée de mandature de ces derniers. Pour notre groupe de réflexion, différentes options ont été posées comme un mandat de 2 ans, de 3 ans ou bien un mandat de 3 ans avec un renouvellement de l'assemblée par tiers chaque année. Ce que nous cherchons, c'est permettre aux jeunes d'être représentées du mieux possible, sans que cela ne soit un frein à la scolarité du jeunes, ainsi qu'à sa vie sociale. Parce que la vie de lycéen et d'étudiant est mouvementée et dynamique, la mandature au Parlement des Jeunes doit savoir s'adapter et être "flexible". → Pour débattre sur "Quelle durée de mandature pour les représentants?", cliquer ici.

					
Contact Us

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.